Cape Town à Swakopmund | Du sable, du sable et … encore du sable

12 août

Après deux jours à Cape Town à profiter de la ville malgré la température non-coopérative, il était temps de quitter cette ville et de se diriger vers le nord.

Avant de quitter complètement la ville, nous avions au menu, une visite d’un « township ». Tout comme le township de Soweto à Johannesburg, notre visite consistait à aller visiter ce bidonville et de constater l’état des habitations d’une population entièrement noire. Contrairement au bidonville de Mumbai où il y avait de vraies industries en action, nous avons carrément l’impression que ces tours là en Afrique du Sud sont plus des cas de voyeurisme. Nous n’avons malheureusement pas l’impression que notre présence ou contribution monétaire (par l’entremise des tours guidés) apporte grand chose au développement de ces communautés et ne font que renforcer la ségrégation entre les autobus de blancs « riches » qui paradent dans les rues des quartiers défavorisés. Bref, l’activité faisait parti du programme, mais ce n’est pas personnellement quelque chose que je recommande.

Une fois ce tour terminé, nous avons chargé l' »overlander » et nous sommes partis vers notre premier camping à environ 300 kilomètres au nord de Cape Town. Ce soir nous dormons sur le site d’un ancien conducteur de ces camions qui a tout laissé pour se lancer dans la production de vin. À notre arrivé, nous avons eu droit à une (autre) dégustation de vin avec nos nouveaux compagnons de voyage. Alors que nous étions rendus dix à la fin du premier segment jusqu’à Cape Town, nous débutons cette deuxième partie avec vingt passagers. Disons que ça fait ben du monde dans l’autobus. Bref, cette activité nous a permis de briser la glace et de mieux se connaitre. Comme disait le propriétaire, le vin a tendance à « délousser » la mâchoire.

 

13 août

Aujourd’hui nous avons principalement de la route à faire pour arriver en Namibie. Au total, nous avons près de 500 km et ça devrait nous prendre près de huit heures. Vers la mi-journée, nous avons passé la frontière sud-africaine, eu notre validation avec Interpol que nous n’avions pas commis de crime en Afrique du Sud (apparement le taux de criminalité est tellement élevé qu’Interpol à son propre bureau à la frontière pour arrêter tous les délinquants) et finalement mis les pieds en Namibie.

Une fois que nous avions traversé la frontière, le paysage s’est mis à changer drastiquement pour devenir super aride et désertique. En fait, le Namibie a plus de 825 000 km carré et à seulement 2,5 millions d’habitants. Il y a moins de monde par km carré en Namibie qu’au Canada (et eux n’ont pas la moitié du pays qui est inhabitable à cause du froid). On peu littéralement conduire des heures sans voir personne. Tout ce qu’il y a, c’est du sable. Ça, par km carré, il y a en a. Le jour, l’humidité descend sous les 10% et avec le vent, on déshydrate très facilement. Le soleil est vraiment fort et la température monte jusqu’à 35 degré et plus, mais le fait que c’est très sec et venteux, la sueur ne s’accumule pas et il est impossible de savoir à quel point nous avons perdu d’eau.

Ce soir, nous dormons aux abords de la rivière Oranje du coté namibien.

Vue de l’extérieur de notre tente. L’avantage d’un pays si vaste sans population est que chaque soir, le ciel est parfait. La quantité d’étoiles est hallucinante.

 

14 août

Ce matin, nous nous sommes levés de bonne heure pour aller faire du kayak sur la rivière Oranje pour voir les oiseaux et profiter du paysage. Nous avions 11 km à faire sur la rivière qui sépare l’Afrique du Sud et la Namibie. Une petite pause illégale pour une collation du coté sud africain de la rivière et deux heures plus tard, nous étions revenus au camping prêt pour se rendre jusqu’à Fish River Canyon.

Fish River Canyon est le plus gros canyon en Afrique avec des endroit où ce dernier est 27 km de large et plus de 550 m mètres de profond. Nous nous sommes rendus là en fin d’après-midi et avons eu droit à un petit vin fromage en regardant le couché du soleil sur le canyon. Quand même pas trop pire la vie!

Vrai village rural namibien
Du sable et des montagnes…
…des montagnes et du sable…

15 août

Aujourd’hui, le plan est de quitter le désert de Kalahari pour se rendre dans le désert du Namib afin de se préparer pour  notre grande journée de demain dans les dunes de sable. Le désert de Kalahari a plus de 900 000 km carré et s’étend en Afrique du Sud, au Botswana et en Namibie. Le désert du Namib quand à lui couvre l’Angola,  la Namibie et le nord de l’Afrique du Sud principalement sur la côte de l’Atlantique. Les vents provenant de l’océan atlantique qui rencontre les vents provenants des montagnes à l’est forment d’énormes dunes de sable allant jusqu’à 300m de hauteur.

À cause des désert dans le sud du pays, il n’y a pratiquement pas d’habitants et par conséquent pas vraiment de villes. Nous devons donc parcourir de grandes distances au cours des premiers jours avant d’arriver plus au nord où se situe la majorité de la population. À noter, que les routes sont très très rarement pavées et que c’est juste du sable. Ça brasse pas mal dans le camion.

La voie lactée fidèle au poste tous les soirs

 

16 août

Débout à 4h30 du matin, nous avons trainé nos corps dans le camion pour faire la dernière heure de route avant d’arriver aux dunes de sable pour le lever du soleil. À moitié endormi dans l’autobus, nous avons vu le paysage changer de désert sec avec des montagnes à un énorme désert rempli de gigantesques dunes de sables.

Une fois arrivé à la Dune 45 (toutes les dunes ont un numéro et en plus elle est à exactement 45km de la guérite), nous avons débarqué de l’autobus avec entrain pour commencer l’ascension de la dune. Après cinq minutes à monter dans le sable mou, certains de nos collègues voyageurs avait la langue à terre. En toute honnêteté, c’est pas si facile que ça monter des dunes. Chaque pas fini par une descente de quatre pouces. À la longue, ça joue sur le moral mais bon, c’est tellement beau que ça en vaut le coup.

Un kilomètre et 120m de haut plus tard, nous étions au sommet de la dune avec une superbe vue du désert. Nous avons fait quelques photos loufoques avant de redescendre et d’aller prendre un bon déjeuner sur le bord de la dune.

Le ventre bien plein, nous sommes repartis vers Sossusvlei où la formation des dunes a naturellement isolée une forêt et à fait mourir les arbres. Habituellement, lorsque ces arbres sont en vie, ils ont des racines qui peuvent aller jusqu’à 60m sous la terre ce qui leur permet, même mort, de demeurer debout. Un peu touristique comme activité mais c’était quand même joli. Le bon côté c’est que nous avons pu voir la plus haute dune de sable en Namibie (surnommé Big Daddy) à plus de 300m d’élévation. Elle prend environ deux heures à monter.

Petite parenthèse…dans notre groupe, nous avons six allemands de 18 à 20 ans qui sont à leurs premières expériences de voyage. Je sais que c’est supposé être beau la jeunesse mais parfois c’est pas toujours winner leur affaire. Pour se rendre de notre autobus jusqu’à Sossuvlei, nous devions prendre un 4×4 pendant 5km. Croyez-le ou non, mais ces chers allemands ont réussi à perdre un iPhone et UNE gougounne. La jeune allemande, maintenant vêtu que de une gougounne, à dû faire la marche de 2 km en se dandinant car le sable était tellement chaud.

D’autres aventures de nos chères allemandes ci-dessous…

Mais est-ce un rituel germanique de purification corporelle où il faut se lancer du sable sur le corps ou une mauvaise décision de vie faite par nos jeunes collègues allemandes qui n’ont pas réalisé qu’ils devront passer un autre cinq heures dans l’autobus avec la tête pleine de sable? #expériencesde18ans
L’item noir que la jeune fille porte à la taille est une ceinture d’argent qui devrait en temps normal être dissimulée sous les vêtements pour éviter de se faire dérober dans la rue. Je ne suis pas sûr, mais je crois qu’elle perd son utilité si tu marche en ville avec un chandail bedaine et que tu la montre à tout le monde…#expériencesdevieà18ans C’est aussi la même fille qui se lançait du sable dans les cheveux…

 

16 août

Aujourd’hui au menu…de la route et du désert. Nous avons traversé le tropic du capricorne tôt ce matin en route vers Swakopmund où nous allons passer les deux prochains jours à faire des activités dans la « capitale des activité de plein air ». Avant d’arriver, nous avons fait un arrêt à Warvis Bay pour voir les flamants dans l’océan atlantique.

Demain, Geneviève et moi allons en kayak de mer avec les otaries en matinée et ensuite en quatre roues dans les dunes en après-midi.

 

10 Replies to “Cape Town à Swakopmund | Du sable, du sable et … encore du sable”

  1. Les dunes de sable sont magnifiques!! Merci pour les belles photos, elles font rêver! J’espère que la fille qui s’est envoyé du sable dans les cheveux a au moins ou avoir une bonne photo pour son instastory 😛 hahaha

    1. À sa défense, la photo était vraiment belle… Je ne sais pas si ça valait la peine d’avoir la tête qui pique pour toute la journée! ?

      1. hahahahaha my inner 18 y-o is saying yes 😛 but my soon to be 28 y-o is saying OH GOSH NO ! 😉

        1. 😛 Pouhahah! Une chance qu’on avait pas Instagram quand nous avions 18 ans alors…

  2. Audrey, Luc, Sydney Ann & Eva May dit : Répondre

    Magnifiques paysages ces belles dunes! Je vous lis et regarde les photos…et j’en ai du sable plein la bouche et le nez ? Amusez-vous!

    1. Ahaha! ? Merci beaucoup à toute la famille! xoxo

  3. Que c’est spécial et fascinant toutes ces dunes de sable! Elles semblent s’étendre à l’infini! Que vos photos sont belles encore une fois. Vos activités du 17 août (kayak et quatre roues) ont l’air très attrayantes.! Amusez-vous bien et à bientôt!

    1. Oh oui! Il y en avait du sable… Nous en avons certainement amené dans nos chaussures pendant une semaine 😛 Merci pour ton commentaire!

  4. C’est pas parce qu’elle a 18 ans…c’est parce qu’elle est blonde…?

    Je suis certains que vos « parents » pourraient compter quelques expériences que vous avez vécus vous aussi à 18 ans?….c’est certain qu’à 28 ans, on est « vieux et sage », tout le monde sait ça…????

  5. Those dunes are something else. Some of your photos seem as though they were taken on Mars. Enjoy the trip and try not to let the young German travellers get you two veteran voyagers too worked up!

Laisser un commentaire