Équateur | Ce n’est que pour une prochaine fois

8 septembre

Brulés par le décalage horaire et du long temps de transit entre Johannesburg et Quito, nous étions un peu assommés suite à notre arrivée la veille. Question de s’en remettre, nous avons simplement pris la journée pour visité la vieille ville de Quito. En plus de la fatigue accumulée, la ville de Quito se trouve à plus de 2800m d’élévation ce qui draine un peu plus l’énergie.

Geneviève qui n’apprécie point la météo.

Une fois arrivés dans la vielle ville, le ciel était gris et tout semblait… terne et laid. Je présume que c’était la fatigue, mais aucune attraction ne semblait être impressionnante et rien ne donnait le goût d’être visité. Nous avons dîner, fait le tour de quelques églises et nous sommes retournés dans le quartier de Mariscal pour la soirée avant de se coucher très tôt. Par chance, nous avions choisi une très jolie auberge pour nos deux premières nuits à Quito.

Le point culminant de la journée, nous avons pu monter au sommet de la Basilique del Voto Naccional en montant des échelles de fer dans le grenier pour avoir une superbe vue de la ville.

 

9 septembre

Ce matin, nous nous sommes levés tôt pour quitter Quito pour la journée et faire les deux heures de routes vers Otavallo. (En route, nous étions un peu inquiets, puisque nous étions les seuls touristes dans l’autobus local se rendant à Otavallo… Ce qui était étonnant puisque les tours organisés coûtaient 50$US par personne alors que l’autobus local nous a coûté 5$US… pour les deux! Mais une fois sur place nous avons réussi à trouvé quelques touristes.) À Otavallo, nous en avons profité pour aller au marché local qui est en pleine action les samedis avec des centaines de marchants d’objets, vêtements et d’arts locaux. De la laine d’alpaca…il en avait en masse. De plus, il y a un marché de produits frais où nous avons pu dîner de manière locale. C’est-à-dire une grosse portion de féculant; riz et/ou patate avec une salade de tomates et d’avocats et d’une viande. Le tout pour 2$.

De délicieuses fraises. Très certainement pré-lavées à l’eau potable avant d’être mises dans notre sac par la dame qui touchait les fraises avec la même main que celle pour compter l’argent… La MAPAQ n’aurait pas été fière!

Une fois que nous avions fait le tour du marché, nous sommes allés dans un parc où ils ont sauvé différents oiseaux de proies de l’Amérique du Sud. Après avoir fait le tour du parc où nous avons pu voir entre autres des condors, nous avons pu assister à un spectacle de ces oiseaux dans un amphithéâtre extérieur.

 

11 septembre

Ce matin, nous sommes allés faire un tour guidé de la ville question de donner une chance réelle à la ville de montrer ses vraies couleurs. Contrairement au trois dernières journées où le temps était moins beau, il faisait grand soleil ce qui a embellit la ville. Au cours de notre visite, nous avons pu assister au changement de la garde du président devant le palais présidentiel. Compte tenu que c’était dans le cadre de la semaine de la démocratie, il y avait plusieurs ambassadeurs et dignitaires des autres pays sud-américains. Petit fait intéressant, le président équatorien actuel, qui vient à peine de franchir les premiers 100 jours de son mandat, est le seul dirigeant handicapé au monde. Il a été tiré par des assaillants dans le dos ce qui l’a rendu paraplégique (avant d’être élu président).

En début d’après-midi, nous avons quitté la ville de Quito pour celle de Tena avec une toute nouvelle impression de la ville. Plus reposés et avec un beau soleil, c’est une bien jolie ville.

Tena est une ville au sud-est du pays aux abords de la forêt amazonienne qui est la capitale du rafting et des autres sports aquatiques.

 

12 septembre

Aujourd’hui, après plusieurs jours de lobbying auparavant, j’ai convaincu Geneviève de venir faire du rafting dans l’Amazonie. Comme je l’avais prédit, Geneviève a adoré sa journée et nous sommes maintenant prêt pour des excursions de plusieurs journées au Chile…à voir. Sans blague, nous avons fait plus de 25km dans la jungle amazonienne passant entre des falaises, des villages ruraux et de la forêt dense. Tout ça, mélangé avec l’adrénaline des rapides en a fait une superbe journée.

Pensant que ce serait trop extrême, nous n’avions pas amené notre caméra… Mais voici à quoi ressemblaient les paysages durant notre journée! Nous nous sommes même arrêtés sur une plage pour le dîner où une poule trop curieuse s’amusait à défaire les lacets des chaussures de Geneviève… (Dommage que nous n’avions pas la caméra!)

 

13 septembre

Aujourd’hui nous avons quitté Tena pour aller relaxer à la ville de Baños. Baños, qui veut dire « bains » en espagnol est reconnu pour ses sources thermales. Nous sommes arrivés de Tena en après-midi et en avons profité pour se promener dans la petite ville et de profiter du beau temps. C’est vraiment une ville magnifique entourée de montagnes et d’un volcan actif. (Le village doit d’ailleurs être évacué à tous les 5 ans environ…)

 

14 septembre

Ce matin, nous avons fait un saut dans les bains thermaux aux abords de la ville. Il y avait plusieurs piscines de températures différentes et de couleurs différentes. J’espère que c’était dû au fait qu’elles étaient « naturelles » mais les piscines chaudes étaient plutôt laiteuses au point où il était impossible de voir sa main trente centimètres sous l’eau. En plus, elles avaient une jolie couleur jaunâtre. Afin de faire comme les locaux qui pataugeaient et (surtout) parce que c’était une obligation, nous avons dû mettre un joli casque de bain en lycra pour une raison quelconque. Les casques loués avaient perdu leurs élasticités au cours des années et nous avions tous l’air de Simplet dans Blanche-Neige avec les oreilles décollées à l’extérieur du casque. Bof, ce n’est pas grave car nous ne connaissions personne et ce fut vraiment rafraichissant et agréable… De plus, encore une fois, nous n’avions pas notre caméra. Il n’y a malheureusement aucune photo de nos belles petites faces de « ti-casques »!

Même la mannequin des casques de bains n’est pas inspirante…

En après-midi, nous avons pris l’autobus pour se rendre à Guayaquil avant de prendre l’autobus vers le Pérou.

 

15 septembre

Avant de quitter l’Équateur définitivement, nous avons fait une petite visite de Guayaquil en attendant notre autobus pour se promener le long de l’océan et de visiter un parc en plein cœur de la ville où il y a des dizaines d’iguanes et des centaines de pigeons. Les gens peuvent nourrir les pigeons, les prendre et même nourrir les iguanes avec de la laitue. Ne vous demandez pas pourquoi nous n’avons pas encore irradié la rage et qu’elle continue toujours de se propager.

C’est le plus proche que Geneviève osait s’approcher de cette iguane qui semblait lépreuse…

Finalement, en début d’après-midi, nous avons pris l’autobus vers Huaraz qui devrait nous prendre 27 heures pour y arriver. Contrairement aux autobus au Canada, les autobus sud-américains sont très luxueux avec des gros sièges en cuir qui peuvent se coucher presqu’à 180 degrés pour dormir.

Après seulement neuf jours en Équateur, nous sommes arrivés à la conclusion que nous allons définitivement devoir y retourner. Le plan initial lors de la planification de notre voyage était d’aller aux Iles Galápagos et de monter quelques volcans particuliers ici. Malheureusement, à environ 200$US par jour par personne pour les Iles Galápagos, cette option est rapidement sortie des plans. En ce qui a trait aux volcans, les deux que nous avions envisagés, n’étaient pas disponible dû à nos polices d’assurances qui ne nous laissaient pas monter au-delà de 6000m et à cause d’activité volcanique en ce moment. Bref, comme nous n’avons pu faire ces deux activités ainsi que de profiter un peu plus des autres activités aquatiques possibles, nous allons devoir y revenir.

 

16 septembre

Aujourd’hui nous arrivons en fin de journée à Huaraz où nous allons passer les deux prochaines journées à s’occuper de la logistique avant de partir en randonnée 12 jours sur le circuit Huayhuash (prononcé « Why Wash? »). Il s’agit selon plusieurs listes comme l’un des dix meilleurs circuits de randonnée au monde et nous avons bien hâte de commencer.

Contrairement au Népal, il n’y a pas de lodge n’y d’endroit pour manger en fin de journée. Nous allons donc devoir transporter tout notre équipement de camping et notre nourriture.

Compte tenu qu’il n’y aura pas d’internet sur le circuit, les prochaines nouvelles proviendront probablement de Lima au début octobre alors que nous allons être en compagnie des parents, amie et sœur de Catherine qui se joindront à nous autour du Pérou et de la Bolivie.

À bientôt!

4 Replies to “Équateur | Ce n’est que pour une prochaine fois”

  1. Quelles belles «vues» encore une fois! Quelles magnifiques photos! Le rafting devait être quelque chose.!!! Geneviève saura sûrement m’en parler lorsqu’on se verra. J’ai compris avec la cathédrale que ce qui ne se monte pas de l’extérieur doit se monter de l’intérieur….définitivement votre passion de montagne vous suit partout!

    1. Hihi, Je ne crois pas que tu aurais apprécié le rafting, malgré ses belles vues! 😉 Et celles de la cathédrales ne m’ont pas convaincues de vaincre mon vertige… C’est Alexandre qui est monté jusqu’en haut pour prendre les photos! 😛

  2. Bon, on parle de météo maintenant?…alors que moi, j’ai jamais le droit d’en parler?….c’est pas juste…??⛈???

    1. À peine… Mais ne t’en fais pas, ça ne deviendra pas une habitude! (Tu peux donc oublier l’idée d’avoir des conversation « météo » avec nous lorsque tu viendras nous rejoindre…)

Laisser un commentaire