Salar de Uyuni & Sucre | Derniers miles en Bolivie en passant par le plus vaste désert de sel du monde

23 au 25 octobre 

Ça y est! Après une nuit, des plus confortable que nous ayons eu à date dans un autobus de nuit, nous sommes finalement arrivés dans la petite ville d’Uyuni en Bolivie pour notre dernière aventure familiale : une tournée des plus beaux sites aux alentours des fameuses salines d’Uyuni.

En arrivant sur place, nous avons été « accueillis » par plusieurs vendeurs souhaitant nous amener à leur agence pour nous vendre leur tour dans le désert… Ce n’est pas compliqué, la seule raison pour laquelle les gens vont à Uyuni, c’est pour faire LE tour des salines et les locaux le savent! Par chance, nous avions déjà réservé notre tour donc nous n’avions pas à nous en faire avec cela. Par contre, pour une raison qui nous est inconnue, bien que les autobus arrivent à Uyuni vers 7:30 le matin, tous les tours quittent la ville à 10:00-10:30… Nous avions donc du temps à tuer! Nous sommes allés dans un café (le seul qui était ouvert à cette heure) où Normand a pu découvrir la différence entre un chocolat chaud et un « submarino », qui consiste à dissoudre une barre de chocolat dans du lait chaud et qui, contrairement à ce que la dame du café nous disait, n’a rien à voir avec un chocolat chaud. Je ne connais pas la technique utilisée pour dissoudre le chocolat, mais clairement que ça ne fonctionne pas, ce qui fait que le lait est plein de petits grumeaux bruns… rien de très appétissant!

Vers 10:00, nous sommes retournés à l’agence Quechua Connection 4WD pour rencontrer nos guides et prendre place dans notre Jeep. Le guide qui nous a été assigné, Sergio (ou Sergueï, pour les intimes), était très « énergique » pour ne pas dire « beaucoup trop intense pour un tour destiné à des groupes qui ne sont pas des enfants de garderie »… Mais bon, comme nous étions 6, nous remplissions un Jeep au complet avec notre chauffeur. Sergio était donc assis dans l’autre Jeep avec le reste du groupe, ce qui était excellent pour notre santé mentale!

C’est ainsi que nous sommes partis vers le désert d’Uyuni, une étendue de sel est située à 3 658 m d’altitude (au dessus du niveau de la mer). Avec une superficie de 10 582 km, elle constitue le plus vaste désert de sel du monde. Le sel du désert est exploité pour une production annuelle d’environ 25 000 tonnes. Par contre, ce n’est rien si on pense que cet étendu contient un estimé de 64 milliards de tonnes (avec une épaisseur de sel variant de 2 à 120 mètres, selon les endroits).

En route, nous nous sommes arrêtés au Cimetière de trains d’Uyuni (Great Train Graveyard) qui tient ses origines dans l’histoire ferroviaire du pays et de cette ville qui fut jadis le plus grand carrefour de chemins de fer de Bolivie. Ce cimetière de train est situé à seulement 3km à l’extérieur de la ville d’Uyuni. C’est là qu’on a commencé à avoir peur… Il y avait une cinquantaine de Jeep déjà sur place et beaucoup, beaucoup de touristes… On a espéré très fort qu’il n’y aurait pas autant de gens pour tous les arrêts prévus pendant les 3 jours de notre tour…

Nous avons quand même réussi à prendre quelques photos…

Quelques secondes avant une spectaculaire démonstration d’haltérophilie de la part d’Élaine… Tous les touristes ont été épatés par son épaulé jeté! 😛

Arrêt à Colchani, la ville ou le sel est « produit » (le sel récolté dans le désert est chauffé pour être stérilisé puis est mis en sachets ou en sacs). Malheureusement, l’accent est mis davantage sur les nombreuses boutiques de souvenirs qui sont sur la rue principale que sur la production de sel… Dommage!

La bonne nouvelle c’est qu’après cet arrêt, nous étions presque les seuls Jeep pour les arrêts suivants. J’imagine que c’est du au fait que le désert est énorme, mais nous n’avons pas eu l’impression que tous les groupes de toutes les agences se suivaient à la queue-leu-leu pendant les trois jours. Quel soulagement!

Prochaine activité au programme : 3km de vélo dans le désert pour se dégourdir les jambes… avec de vieux vélos tout corrodés, sans vitesse. Une chance que nous n’avions qu’une courte distance à faire et heureusement que le paysage était suffisamment époustouflant pour nous faire oublier nos montures!
Première étape : sélectionner le vélo en meilleur condition possible… Premier arrivé, premier servi!
Après notre « effort physique » nous avons été récompensés par un délicieux dîner en plein milieu du désert. Nos guide avaient même mis de grandes toiles entre les camions pour que nous puissions manger à l’abri du soleil. C’était vraiment génial!
Beau setup pour notre premier dîner dans le désert d’Uyuni!

Une fois notre repas terminé, nous avons eu du temps libre pour prendre des photos… Quoi de mieux qu’un espace vaste pour prendre des photos de perspective!? Voici donc nos meilleurs résultats :

(Croyez-moi ça a l’air plus facile à faire que ce ne l’est réellement… Le photographe devait généralement se coucher par terre, sur la croûte de sel et crier ses directives à ses sujets pour qu’ils ajustent leur position d’un poil à gauche ou de trois moyens pas vers la droite. Pas facile!)

Drôle de concept et alignement douteux… Merci à notre guide, chef d’orchestre de ce chef d’oeuvre! 😛

C’est bien beau d’avoir du plaisir avec la perspective, mais notre photoshoot ne pouvait pas durer indéfiniment! Nous avons donc repris la route vers notre prochain arrêt : le seul hôtel de sel ayant eu la permission d’être construit au beau milieu du désert. L’hôtel en soi n’avait rien d’extraordinaire et je réalise que nous n’avons pas pris de photo… Mais il ressemblait sensiblement à celui où nous allons dormir ce soir (vous verrez les photos plus loin).

L’intérêt de cet endroit est qu’il s’agit d’un point de passage du célèbre Rally Dakar en Amérique du Sud qui relie le Pérou, la Bolivie et l’Argentine sur un parcours de plus de 5000km.

En cours de route, les participants au Rally Dakar prennent quelques minutes pour arrêter et accrocher le drapeau de leur pays à cet endroit. On a trouvé celui du Canada! 🙂

Ensuite, nous sommes allés vers notre première « île » du désert : l’Isla Incahuasi (Inlawasi), située à 80km à l’Ouest de Colchani. La particularité de cette île est qu’elle est recouverte de cactus Trichocereus vieux de plusieurs centaines d’années (ou peut-être que c’était des milliers… En tout cas!). Nous avons été chanceux, puisque cette île n’est pas accessible en saison des pluie lorsque le désert est couvert d’eau. Sur place, nous avons eu un peu plus d’une heure pour faire une petite randonnée autour de l’île.

Elles sont tellement belles les fleurs de cactus

Ils étaient géants ces cactus… beaucoup plus grands qu’Alexandre, mon unité de référence pour les grandes choses!

Par la suite, nous nous sommes trouvés un bon « spot » pour admirer le coucher du soleil. Comme nous étions un peu d’avance, nous en avons profité pour faire quelques photos supplémentaires…

Une fois le soleil couché, nous nous sommes dirigés vers notre hôtel pour la nuit : un hôtel de sel (le Mañica Hotel)! De l’extérieur, il ressemblait à n’importe quel motel qu’on retrouve sur le bord de la 20… Rien de particulièrement attirant. 😛 Mais une fois rendu à l’intérieur, on se seraient cru dans un hôtel de glace, sans le froid et les belles sculptures. Les murs ainsi que les planchers étaient fait en sel. C’était vraiment spécial comme ambiance!

Bon, mon lit était déjà tout défait quand on a réalisé qu’on avait pas pris de notre chambre… La nôtre avait deux lits simples, mais nos parents avaient des lits doubles, avec base de lit et murs en sel. Le sol était aussi recouvert de gros sel, le même que nous utilisons au Québec lorsque les routes sont glacées! Ça faisait « crunch-chounch » quand on marchait, il était très douloureux de se promener nu-pieds (Attention aux envies nocturnes!) et ça a fait tout une bouette dans la salle de bain après ma douche! (Le plancher de la salle de bain était en céramique mais en sortant les pieds mouillés et en y retournant les pieds plein de sel, ça a fait tout un mélange… Pauvre personnes du ménage.)
Le corridor de l’hôtel
La salle à manger de l’hôtel décorée avec des nappes tissées colorées (comme on en retrouve partout au Pérou et en Bolivie) ce qui donnait un peu de couleurs!

Le lendemain, nous avons quitté l’hôtel de sel vers 6:30 pour plein d’autres magnifiques arrêts photo…

Coral Valley
Une petite pause de yoga pour Simon avec cette magnifique vue qui lui donnait envie de méditer!
Altiplanic lagoon et ses jolis flamants roses
Le joli petit minou qui miaulait pour avoir une portion de mon dîner s’est finalement arrangé seul… Comme on dit, on n’est jamais mieux servi que par soi-même!

Non mais, c’est tu beau des flamants roses!? Rien à voir avec ceux qu’on retrouve sur les pelouses des retraités en Floride…

En route vers notre prochain arrêt, nous avons croisé ce chacal. Nous avons tous été très étonnés de voir qu’il se dirigeait vers notre camion, jusqu’à ce que notre chauffeur sorte pour lui donner les restants d’os de poulet de notre dîner…

Désert Siloli
« Stone Tree »
« Red Lagoon »
Alexandre devant le Red Lagoon avec le soleil dans les yeux…
… Toujours avec du soleil dans les yeux! Mais le lagon est tellement beau que ça valait la peine de mettre une deuxième photo.
Geysers « Sol de mañana »

Attention, ça bouillonne! :O
En route vers notre hôtel, nous avons croisé sur le bord de la route ce drôle de croisement entre un lapin et un écureuil (à cause de sa queue)… D’après les Internet, ça s’appellerait un Viscacha! (Merci Wikipédia)

Pour la nuit, nous avons dormi dans un beau dortoir! Hihi… Par chance, à quelques centaine de mètres de notre hôtel il y avait les « Polques Hot Springs », des bains chauffés par des sources d’eau thermales. Nous avons donc pu y passer la soirée à jaser et à admirer les étoiles.

La photo est un peu floue, mais vous pouvez admirer le grand luxe de notre deuxième chambre au grand plaisir de nos parents backpackers! 😛 Un beau dortoir à 6 personnes avec un plancher en « gernottes ». Qu’est-ce qu’on peut demander de plus? Hihi…
Vue sur le « centre-ville » de notre deuxième hôtel. On peut voir les installations pour les bains thermiques à gauche.
Bains thermiques où nous avons pu passer la soirée hier à admirer les étoiles

Le lendemain matin, nous avons repris notre Jeep en direction du « Green Lagoon » et du plus haut volcan de Bolivie (partagé moitié-moitié avec le Chili). En route, nous avons passé dans le désert Salvador Dali (qui couvre une superficie de 110km carrés). Ce désert doit son nom au fait que ses vastes étendues de petits cailloux parsemées de roches isolées ressemble curieusement aux paysages que le peintre Salvador Dali a fait figurer en arrière-plan d’un grand nombre de ses oeuvres.

Désert Salvador Dali
Je ne suis pas très connaissante en art… mais voici l’oeuvre de Dali qui me fait le plus pensé au désert qui porte son nom! Est-ce que c’est le désert qui l’a inspiré? Aucune idée! Si vous connaissez une oeuvre qui ressemble plus au désert, n’hésitez pas à contribuer à mon éducation. 😛
Ou peut-être que c’est celle-ci?

Bref, de l’autre côté de la rue traversant le désert il y avait un bien joli volcan…

Notre groupe pour ce tour de 3 jours « Désert d’Uyuni et ses lagons » composé d’une famille australienne, d’un couple de l’Équateur et de nous devant le plus haut volcan de Bolivie (derrière à droite).

« Green lagoon »

Sur notre chemin de retour vers Uyuni, nous nous sommes arrêtés dans un oasis. C’était vraiment magnifique.

26 octobre 

Après beaucoup de routes pour voir tous ces magnifiques paysages (+ de 1000km), nous avons pris un dernier autobus de nuit en famille en direction de notre dernière destination ensemble : Sucre, la ville blanche de Bolivie. En 1991, cette ville est devenue patrimoine de l’Humanité à l’UNESCO. En plus d’être une importante ville universitaire, la ville est le siège de la Cour Suprême bolivienne (elle est la capitale constitutionnelle de la Bolivie). Cette ville de plus de 300 000 habitants se situe au centre de la Bolivie et à une altitude de 2 810 mètres. Ma mère était TELLEMENT contente de finalement regagner la civilisation! Tout dans cette ville lui semblait Ma-Gni-Fi-Que! 😛 C’est vrai que c’était joli.

Nos parents n’avaient que deux journée à Sucre avant de prendre l’avion vers leurs destinations respectives (mes parents vers Buenos Aires et le retour à la maison pour Normand et Élaine). Comme nous sommes arrivés en ville très tôt avec l’autobus de nuit, nous avons profité un peu de l’hôtel avant d’aller déjeuner dans le restaurant qui allait devenir notre « préféré » de la ville… Ce n’est pas mêlant, nous y sommes allés 3 fois en deux jours! Et ce ne sont pas les restaurants qui manquent à Sucre.

L’hôtel que nous avions, le Villa Antigua, était tout simplement magnifique. Nos parents avaient décidé de nos gâter avec 2 nuits dans un hôtel de qualité (légèrement) supérieure à ce que nous avions eu au cours des dernières semaines…

Après une première journée plutôt relax en ville à se promener et à faire le tour des boutiques d’artisanat et de chocolat, nous avons décider de souligner en grand la fin de notre voyage ensemble avec un délicieux souper dans le restaurant le mieux coté de la ville : La Taverne. Au menu, de la viande en masse accompagnée du meilleur vin bolivien trouvé jusqu’à date… (Rien à faire des pression auprès de la SAQ pour qu’ils les ajoutent à leur sélection, mais pas mal mieux que d’autres bouteilles que nous avons bues dans ce pays! Définitivement, la Bolivie a d’autres qualité que ses vins…)

27 octobre

Pour notre deuxième (et dernière journée ensemble) à Sucre, nous avons décidé de faire un tour de ville à pieds qui nous a permis de mieux connaître l’histoire de la ville avec Condor Trekkers. Le plus l’fun, c’est que nous avions aussi des arrêts dégustation où nous avons pu goûter à des produits typiques de la ville : du chocolat, de la saucisse et de la bière locale. Vraiment une super façon de découvrir la ville (et un peu de sa gastronomie)!

Tour de la plus ancienne université du pays
Petit arrêt au marché de la ville…

Puis, en après-midi, nous sommes allés visiter le seul cimetière de la ville. Sa particularité? Les gens sont dans des « niches » comme sur la photo ci-dessous plutôt que d’être enterrés sous terre. Les niches sont louées pour une période de 7 ans. Une fois cette période terminée, le corps s’y trouvant est généralement incinéré et les cendres sont amenés à la maison familiale (ou disposés par la famille). On retrouve aussi au cimetière des mausolées achetés il y a très longtemps par les familles les plus riches de la ville.

Une parmi les nombreuses rangées de petites niches…
Monument commémorant la guerre civile ayant eu lieu entre La Paz et Sucre en 1898 qui se disputaient la capitale du pays

Notre guide que nous avions embauché pour nous montrer les « highlights » du cimetière semblait être un grand fan de la caméra d’Alexandre. Il prenait au moins 5-6 clichés de nous devant chaque monument important… Voici donc ses meilleurs! 😛

Allée centrale du cimetière


Et c’est ce qui conclue notre aventure familiale et bolivienne!

Logo de Tourisme Bolivie que je trouvais tout simplement magnifique et qui signifie « La Bolivie t’attends! ».

7 Replies to “Salar de Uyuni & Sucre | Derniers miles en Bolivie en passant par le plus vaste désert de sel du monde”

  1. Thank you very much for the invitation :). Best wishes.
    PS: How are you? I am from France 🙂

  2. i am from Italy hello. Can you help me translate? /rardor

  3. La séance de photos m’a bien fait rire ? Cela dit, vos récits et magnifiques images me font tellement penser à l’émission « La course autour du monde » que je suivais religieusement et qui a propulsé la carrière de grands cinéastes ou journalistes québécois… Vous avez un talent indéniable pour nous partager vos émotions en mots et en images… Bravo… et merci!

  4. Que vos photos sont magnifiques et quel plaisir de revoir ce que l’on a visité ensemble! J’ai bien hâte de vous revoir au Canada!

    1. Que de beaux souvenirs! N’est-ce pas?! ? Nous avons aussi bien hâte de vous revoir… dans moins de 30 jours!

  5. Merci. J’admire votre sens de l’aventure.

  6. Encore une fois, vos photos font rêver ! :))

Laisser un commentaire