Tokyo | Encore de la nourriture!

13 novembre 2019

Le départ a été lent ce matin alors nous avons décidé de faire le long trajet de métro vers l’ancien marché de poisson Tsukiji. Ouvert en 1935, il s’agissait d’un des plus gros marché de poissons et de produits frais au monde.

En 2018, le marché de poisson a fermé ses portes et a déménagé 2.5km plus loin à Toyosu dans un lieu beaucoup plus moderne et stérile.

Malgré cela, les petits commerçants tout autour de l’ancien marché demeurent ouverts et servent plein de fruits de mer et de poisson aux visiteurs. Avec tout le poisson frais, c’était une excellente place pour aller manger (encore) des sushis.

Voici comment décorer ton entrée de restaurant avec tes restants de thon. Très concept…canne à pêche + têtes de thon!
L’histoire de ma vie au Japon! One size fits all!
Restaurant de sushi pour dîner…Geneviève se trouvait bien drôle de me voir souffrir pour en sortir!

Outre le poisson, il est possible d’acheter d’autres aliments dont des fruits.

Au Japon, certains fruits coutent littéralement une fortune! Les fraises sont hyper rares et coutent les yeux de la tête. Prix pour 15 fraises des États-Unis…12$
Prix pour une cantaloup…43$! Les raisins verts…24$ la grappe.
Même présenté sous forme de brochette : 2 fraises et 2 raisins…7$!
Tant qu’à payer ces prix là, aussi bien acheter ses fruits chez Hanafru, ce restaurant de fruits d’Osaka qui te donne l’impression que chacun d’entre eux est un cadeau!
Wagyu (boeuf japonais) Kobe A5 (plus d’info plus tard) pour la modique somme de 100$ la brochette!
Il y aussi des produits moins frais. Ramener ceci au Canada est une billet gratuit sur l’émission de Canal D – Frontières sous haute surveillance… Désolé pour ceux qui voulaient des souvenirs!

Une fois le dîner et la balade terminée, nous sommes allés faire 20 minutes de métro pour aller jouer dans le trafic… littéralement.

Il y a une traverse piétonnière à Tokyo surnommé Shibuya Crossing où selon certaines sources, plus de 500 000 personnes la traverse à tous les jours. Ceci compte bien évidemment les milliers de touristes qui la traversent 5 fois chaque comme nous.

Appropriation culturelle de Geneviève. Note pour les recherchistes: Si un jour, Charlotte fait de la politique ou est célèbre, ceci était à son insu.
Vue du Starbucks où nous avons payé 6$ de thé pour filmer ceci
C’est fou le plaisir qu’on peut avoir à traverser une rue!

14 novembre 2019

Pour notre dernière journée complète à Tokyo, nous sommes allés dans le parc Yoyogi voir le mausolée de l’Empereur Meiji et de l’Empresse Shōken.

Dernière journée dans le porte-bébé..après c’est la poussette.
Barils de saké offert en hommage à Meiji
Barils de vin de la région de Bourgonne offert à Meiji pour la relation développée avec la France au cours de son règne
Entrée principale du mausolée
Mausolée de Meiji
Offrandes alimentaires au mausolée.
Je ne sais pas ce qu’ils font à leurs orchidées ici, mais il doivent clairement les nourrir avec plus que 3 glaçons par semaine!
Nous devions aller dans la Tokyo Skytree voir la ville de haut mais Geneviève nous a trouvé cette option gratuite dans la tour de la mairie de la ville. 45e étage et gratuit…parfait!
Parc Yoyogi où nous avons marché plus tôt au mausolée de Meiji
Nous avons trouvé le nom de Charlotte en japonais au magasin de souvenir…elle ne pourrait pas plus s’en foutre.
« Mais sérieux, c’est quoi l’idée d’aller souper à 21h? Je veux juste la paix et dormir! »

Au Japon, le boeuf est classé selon une lettre et un chiffre. Les lettres vont de A à C avec A étant « supérieur », B « standard » et C « inférieur ». Le chiffre vont de 1 à 5 selon divers caractéristiques selon la quantité de persillage (filets de gras dans la viande). Plus il en a, meilleure est la viande. Pour classer la viande, trois experts doivent évaluer la carcasse et s’entendre sur la classification.

De plus, la viande A5, doit au minimum avoir une note de 8+ sur 12 sur l’échelle internationale Beef Marbling Standard. Pour vous donner une idée de comparaison, le steak Angus se situe autour de 2.

Échelle de BMS

Bref, compte tenu que le Japon est reconnu pour son boeuf de très haute qualité, nous avons fait l’expérience de goûter et de juger de nous même la qualité!

Petite gâterie de voyage, nous nous sommes pris un souper tepannyaki pour manger du homard et steak Kobe.
Nous avons l’air cave mais la bavette était obligatoire. Une femme à côté de nous en tenu super chic devait aussi porter la bavette.

Résultat: bien que le boeuf de chez nous est excellent, c’est de loin le meilleur steak mangé. Le gras fond à la cuisson se qui laisse une tendreté hallucinante à la viande. Elle fond pratiquement dans la bouche. Vraiment content de l’avoir essayé et d’avoir pu vivre ça!

15 novembre 2019

Ce matin nous ramassons nos trucs car nous quittons malheureusement le Japon pour rentrer à la maison. Ce fût vraiment une belle découverte et nous en ressortissons très très satisfaits.

2 Replies to “Tokyo | Encore de la nourriture!”

  1. Bon retour à la maison et au plaisir de se revoir.😍😘👋

  2. Quel magnifique voyage vous avez fait! J’ai hâte d’en apprendre davantage. Au plaisir de vous revoir!!!!

Laisser un commentaire